18 mai 2024

Burkina-Faso : La « France fait partie de notre problème », Jean Emmanuel Ouédraogo à Macron

« Sans les opérations Serval puis Barkhane de la France, il n’y aurait, sans doute, plus de Mali, de Burkina Faso et peut-être plus de Niger ».

Ces propos révoltants et injurieux du président français Emmanuel Macron à l’endroit du Burkina-Faso, du Mali et du Niger relatifs aux opérations militaires dans le sahel, ne peuvent qu’alimenter le sentiment anti-français grandissant au sein des populations.

Si la France jouait vraiment franc jeu avec ses anciennes colonies, l’on en arriverait pas là. Le peuple burkinabè est plus que convaincu que la source de son problème n’est rien d’autre que la France malgré sa « prétendue coopération militaire ».

« Nous sommes curieux d’en savoir davantage sur les résultats de l’engagement des forces françaises qui aurait permis au Burkina Faso de continuer d’exister. Nous sommes de plus en plus convaincus au contraire que la France fait partie de notre problème », a lancé le porte-parole du gouvernement burkinabè, Jean Emmanuel Ouédraogo en réponse aux délires de Macron.

Aujourd’hui le divorce est prononcé et le peuple semble très déterminé. La France doit libérer tous ces pays qu’elle occupe dans le seul but de piller leurs ressources en complicité avec ces Chefs d’Etats partisans du néocolonialisme.

Aïshu Touré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *