20 mai 2024

La CEDEAO contre toute ingérence et déstabilisation de ses Etats membres: Ras-le-bol ou farce ?

Réunis à Abuja, la capitale nigériane pour examiner la situation du Niger, la CEDEAO a lancé un appel bizarre suscitant curiosité, interrogations à l’endroit de ses partenaires à mettre fin à toute ingérence et à tout projet de déstabilisation d’un de ses Etats membres. L’organisation en a-t-elle marre qu’on lui dicte ce qu’il faut faire ou ne pas faire, ou bien c’est encore un communiqué de plus ?

« Les Chefs d’État et de Gouvernement soulignent leur engagement en faveur de la souveraineté, de l’indépendance et de l’unité de l’Afrique. À cet égard, la Conférence appelle tous les partenaires à respecter la souveraineté et l’indépendance des États africains et à s’abstenir de toute intervention ou ingérence qui déstabilise les États membres et porte atteinte à l’unité régionale », peut-on lire dans le communiqué final sanctionnant la session.

Ras-le-bol ou farce ? ce qu’il faut retenir, c’est que ce communiqué de la CEDEAO confirme les accusations des pays de l’AES concernant l’instrumentalisation de la CEDEAO par la France aux fins de déstabiliser la région du Sahel. Parce que le partenaire dont parle l’institution n’est rien d’autre que la France.

Aussi, ce communiqué met en évidence le silence coupable de la CEDEAO face aux atrocités commises par Paris au travers de ses hommes de mains, les terroristes dans l’AES. Raison de son refus de porter assistance à ces Etats dans le cadre de leur lutte existentielle contre le terrorisme et l’insécurité. Ce qui amène à dire que la CEDEAO est bel et bien au courant des projets de déstabilisation de son « partenaire privilégié Emmanuel Macron » au Burkina-Faso, Mali et Niger.

Alfreda Gon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *