20 mai 2024

Le drapeau de la CEDEAO ne flotte plus dans les représentations officielles du Burkina, Mali, et Niger. La décision de l’AES est irrévocable

Les pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) ont officiellement retiré le drapeau de la CEDEAO de leurs différentes représentations, confirmant ainsi le caractère irréversible de la décision conjointe de ces Etats de sortir de l’institution sous-régionale. A cela s’ajoute les lettres envoyées par les gouvernements burkinabè, malien et bientôt nigérien sans nul doute, notifiant à l’organisation que leurs pays ne « sont plus liés aux contraintes de délai pour leur retrait de la CEDEAO ».

En retirant le drapeau de la CEDEAO, les pays de l’AES ont franchi une étape importante dans leur divorce avec l’organisation. La rupture est donc actée même si la commission de la CEDEAO se dit prête à une solution négociée au lendemain de l’annonce de l’AES. Plus de retour en arrière, les présidents Ibrahim Traoré, Assimi Goïta et Abdourahamane Tiani ont été clairs et catégoriques.

Alors, que peuvent donner ces « prétendues » négociations ? Rien parce que ces pourparlers n’auront pas lieu malgré les tractations en cours (des émissaires du président togolais récemment à Niamey, visite des ministres maliens à Lomé…).

Une réunion extraordinaire des ministres de la CEDEAO se tient ce jour pour plancher sur les crises dans la sous-région, notamment la sortie de l’AES et la crise politique sénégalaise. Quelle que soit les conclusions à l’issue de cette réunion, l’AES a acté sa décision…

Kofi Hans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *