18 mai 2024

AES: Union, solidarité et sacrifices, des valeurs qui ont été déterminantes dans la lutte anti-terrorisme au Sahel

Nul ne peut aujourd’hui nier l’impact significatif du départ des troupes françaises dans le Sahel, qui a connu des bouleversements sociopolitiques ces dernières années. Ce changement caractérisé par l’arrivée de régimes militaires au pouvoir, une volonté des peuples légitimes de cette région, a été l’élément précipitant la rupture entre les Etats du Sahel, (Burkina-Faso, Mali et Niger) et la France.

C’est une évidence. D’abord, le départ des troupes françaises a été bénéfique sur la lutte contre le terrorisme, en ce sens où, il a permis à ces pays de voir clair dans cette guerre. Ensuite, cela a eu un impact considérable sur les Etats de l’AES en quête d’une totale souveraineté.

Au Burkina, au Mali comme au Niger, les régimes militaires ont réévalué leur situation sécuritaire et pris des mesures drastiques avec le soutien de leurs peuples pour être à cette étape actuelle de la lutte contre les groupes terroristes, qui aujourd’hui n’ont plus aucune échappatoire.

Pour y arriver, ça n’a pas été facile pour ces pays. Ils ont eu à faire face à des adversités, des bras de fer avec l’ancienne métropole (France) et la CEDEAO qui, devrait plutôt soutenir les présidents Ibrahim Traoré, Assimi Goïta et Abdourahamane Tiani dans leur volonté de garantir la sécurité, la paix et une vie meilleure à leurs citoyens.

Des sacrifices, des efforts ont été consentis tant sur les plans politique, économique, militaire et social. D’un autre côté, l’union et la solidarité entre ces trois pays, ont été déterminants dans cette lutte. En clair, le départ de la France a positivement impacté le Sahel dans la lutte contre le terrorisme. Ce départ départ du Sahel est un échec pour Emmanuel Macron, qui continue ses manœuvres pour déstabiliser la région.

Marie Sessou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *