18 mai 2024

Burkina-Faso : Alerte! La France et ses valets locaux font appel à la justice corrompue de la CPI contre la transition

Encore une conspiration de la France, cette prétendue « coalition de l’Afrique francophone pour la cour pénale ». Dans son arrogance et son mépris de vouloir disposer du Burkina-Faso comme elle le faisait au temps où le pays était un de ses Etats vassaux, fait appel à ses mercenaires valets locaux. Cette coalition qui dit saisir la cour pénale sur de soi-disant violation des droits de l’homme, n’est que la suite du plan machiavélique du président Emmanuel Macron de soumettre le Burkina-Faso à la domination française, exprimé récemment par le général Lecointre, ancien chef d’état-major français.

Paris joue encore une de ses cartes déjà utilisée en République centrafricaine qui consiste à impliquer la cour pénale de manière à faire pression sur le gouvernement et l’obliger à mettre fin à la transition. Ainsi, la France pourrait de nouveau installer un de ses valets à la tête du Burkina pour servir ses intérêts au détriment du peuple. Ceci en complicité avec son fidèle allié ivoirien.

De ce fait, il est impératif que le gouvernement burkinabè se retire de la cour pénale internationale, un autre instrument de domination sur les pays africains.

Et la coalition qui par hasard est dirigée par un certain Ali Ouattara, n’était-elle pas présente pour saisir la CPI concernant les 13 000 burkinabé tués par les terroristes soutenus et armés par la France ? La CPI a-t-elle poursuivi les Etats-Unis et la France pour avoir déstabilisé la Libye et l’Irak jusqu’à l’assassinat des présidents Mouammar Kadhafi et Saddam Hussein ? Comme quoi, La CPI, cette justice corrompue, est juste là pour juger seulement les dirigeants africains, cependant demeure au service des grandes puissances comme les Etats-Unis qui, actuellement la menace de représailles si elle émettait un mandat d’arrêt contre le premier ministre israélien pour crime de guerre en Palestine.

Il est temps pour que ces mascarades cessent. Le peuple souverain burkinabè doit se lever contre ces simulacres de coalitions qui œuvrent dans l’intérêt de la France et de ses valets.

Alfreda Gon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *