20 mai 2024

Burkina-Faso: Bientôt la construction du CHU Saint Martin de Porrès, la politique sanitaire de la transition en marche

Depuis l’avènement du Capitaine Ibrahim Traoré au pouvoir, tout le Burkina-Faso a subi un profond changement. Un vent nouveau a soufflé dans les secteurs vitaux du pays. Sécurité, économie, éducation, société, santé, aucun secteur n’est laissé pour compte. La santé, également une priorité pour le Chef de l’Etat, il a pris un décret garantissant un accès aux services de santé de qualité pour tous les burkinabè.

Pour cet accès équitable à des soins de qualité pour tous, la transition a lancé les travaux de construction d’un Centre hospitalier universitaire sur le site de l’Université Saint Dominique d’Afrique de l’ouest à Gana, dans la région du centre-sud, à 45 km de Ouagadougou. C’est le Chef du gouvernement de la transition, Dr Apollinaire Kyélèm de Tambèla qui a procédé à la pose de la première pierre de cette structure sanitaire.

D’un coût global de 250 milliards de FCFA, cette infrastructure sanitaire qui sera érigée se veut moderne et répondant aux normes internationales. Dénommé CHU Saint Martin de Porrès, il sera un hôpital d’application universitaire avec à dominance, la formation pratique des étudiants en faculté des sciences de la santé et de la recherche médicale.

Les consultations médicales, la kinésithérapie, l’ortho-prothèse, la médecine interne, la pharmacie laboratoire, l’imagerie, l’anapath/cit, les urgences et la chirurgie, la pédiatrie, la psychiatrie, les hébergements des internes, sont les services qui y seront assurés.

Plus loin dans la région du centre-est, c’est le Centre hospitalier régional de Tenkodogo qui est en chantier. Le service de dialyse en construction depuis juillet est en phase de finition. Avec la construction de cette unité de dialyse, le gouvernement de transition place le burkinabè au centre de sa politique sanitaire en matière de l’offre de dialyse.

Dans les régions du centre-sud et du centre-est, les objectifs sont les mêmes. Permettre à tous les burkinabè quelque soit leur situation socioéconomique, de bénéficier des soins de qualité partout sur le territoire national. Et le gouvernement de la transition s’y attèle.

Alfreda Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *